Bluenn D. Oliphant

Partagez | 
 

 Bluenn D. Oliphant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Help me close my eyes
Alaric G. Rousseau



GOULE GOULUE breaking blood, breaking life.
DATE D'INSCRIPTION : 31/08/2012
MESSAGES : 499
METIER : Imaginer.
POUVOIR : Goule, peut faire nécroser ses victimes s'il le souhaite. Ne contrôle pas son pouvoir les jours de pleine lune. Devient particulièrement hideux lorsqu'il dévore un être humain.

MessageSujet: Bluenn D. Oliphant   Sam 11 Aoû - 8:49

Bleuenn Deirdre Oliphant

My fingers claw your skin, try to tear my way in. You are the moon that breaks the night for which I have to howl
ft. SMG by SWAN
The story of gods and men
Identité Bleuenn, patrimoine de ta grand-mère maternelle. Deirdre, héritage de ta grand-mère paternelle. Oliphant, fierté familiale portée avec conviction. Une perception qui t'échappe, toi, le mouton noir de la famille.
Âge 21 jeunes printemps d'une vie sans réels encombres. Du moins, jusqu'à ton presque dernier souffle.
Nationalité & Origines Franco-Ecossaise. L’origine Française est en réalité très lointaine.
Statut civil Célibataire. Les relations défilent, rarement notables, occasionnellement passionnelles ou extraordinaires. Comme un meuble Ikéa, tu t'attaches et tu te détaches en un clic. La drogue de l'amour n'a jamais été convenablement puissante pour t'enchaîner à un homme.
Orientation sexuelle Hétérosexuelle. Même si tu craches sur les étiquettes.
Occupation Étudiante en lettres à la fac et organisatrice de tournois de Roller Derby.
Traits de caractère Joviale - Paradoxale - Drôle - Tarabiscotée - bonne-vivante - têtue - Vraiment très très têtue - décidée – Intelligente, voir sur-douée en plein dénie - Pensive - Imaginative - Parfois mélancolique - Sportive - Caractérielle - Paumée - Tête en l'air - Casse-cou - Maladroite - Impulsive.
Groupe Créatures. Fraîchement sauvegardée par une machine et des tubes après une balle -pas si-perdue, ta carcasse doublement occupée gère une chimère encore bien anesthésiée.
Faction Valkyrie qui s'ignore. Ca grouille en toi, ça pullule. T'ignores ce qui cloche dans ta petite silhouette élancée. Tes réflexes accrues, ta nouvelle persévérance ou ton énergie foudroyante ? Tu choisirais potentiellement la neutralité si on t’en demandait d’embarquer dans ce monde complètement fou !
Theme songShould i stay or should i go - The Clash
The Belly of the Beast
Espèce Valkyrie - Descendante d'une longue lignée, créature choyée qu'on s'arrache comme un bout de viande. Protégées des dieux. Puissances divines. Bienfaitrices des cieux. Tant de sobriquets pour une seule créature parfois incomprise. Ces armes tant adorées par les déités. Et toi, t'es loin de comprendre ce qui te tombe sur le poil, jolie blonde ignorante.
Entente Un jour, un réveil. Tes iris éclatées par une lumière trop blanche. Le bout du tunnel ? Non, juste une chambre. Le miasme d’une chambre aseptisée inondant tes naseaux. Et ce foutu médecin prostré à ton chevet, criant au miracle. Le souffle aimant de ta mère pleurant à chaudes larmes à ton esgourde, dégoulinant et trempant ton lobe sensible. Tu ne devais pas te relever, qu’ils disaient. La vie t’aurait donc laissé une seconde chance, à toi, l’insouciante Bleuenn ? Une humaine parmi les autres. Une tâche sur la page du destin. Un grain de poussière sur cette bonne vielle planète tellurique. Miracle ou coup de Poker ? Tu sens cette chose qui grouille en toi, pourtant. Vorace. Indomptable. Elle grignote tout ton être. Elle n’était pas ici, creusant ta poitrine chaque jour. Tu es revenue, certes, mais à quel prix ?
Pouvoirs L’entité qui s’est logée dans ta carcasse pour fuir un passé houleux peut se targuer d’avoir des dons foutrement intéressants. Entre son super booster à en faire baver de jalousie un tyran à moustache – par exemple – et une forme à toute épreuve te conférant force et rigueur, t’as de quoi faire. Visiblement, botter des culs pourrait être ta nouvelle passion. Ca tombe bien, tu savais plus quoi faire de tes Dimanche après-midi.
Aliénation Il faudra voir ça avec elle dans un futur proche. Quand madame daignera se réveiller.
Panem et Circenses
Pseudo SWAN
Âge (ou plat préféré) 26 ans
Comment j'ai connu le forum En fouillant. Ca fait deux semaines que je tourne autour comme un gros vautour.
Questions, suggestions Pas pour le moment, mais je risque de vous harceler plus tard. :nih: Oh, si, j'en ai une, concrètement, comment fonctionne la cohabitation entre l'humain-e possédé-e et la créature qui squatte ? :joa:


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Help me close my eyes
Alaric G. Rousseau



GOULE GOULUE breaking blood, breaking life.
DATE D'INSCRIPTION : 31/08/2012
MESSAGES : 499
METIER : Imaginer.
POUVOIR : Goule, peut faire nécroser ses victimes s'il le souhaite. Ne contrôle pas son pouvoir les jours de pleine lune. Devient particulièrement hideux lorsqu'il dévore un être humain.

MessageSujet: Re: Bluenn D. Oliphant   Sam 11 Aoû - 8:49

Histoire

My fingers claw your skin, try to tear my way in. You are the moon that breaks the night for which I have to howl

Tu dodelines ta bouille de gauche à droite en soupirant, la moue plissée. Tes prunelles claires passionnées par les petites pièces en bois vont de case en case, et tu bouges ta reine pour la stabiliser entre deux pions.

« - Echec ! Tu brailles hardiment en agitant tes petits pieds dans l’air. T’as les gambettes trop courtes pour toucher le sol. Eh, dis papa… J'ai tenté de déchiffrer toutes les étoiles quand t’étais pas là. Je sais maintenant reconnaitre : La grande ours - Ursa Major. La plus facile, sans doute, et la première que tu as pointé du doigt ! Le Lynx. Orion.[...] Et pour finir, le petit chien. J'en connais 56 et demi sur 88. Oui, le et demi c'est pour le nom latin de la girafe, Camelopardalis. J'ai dû relire correctement le mot et le copier scrupuleusement dans mon carnet. Bientôt, j'aurai tout retenu et tu seras fier de moi !

Ton paternel écarquille ses pupilles opales. Tes analogues occulaires. En plus d’être un vrai un moulin à paroles tu viens de lui clouer le bec, du haut de tes huit jeunes années. Mais ça, tu le piges pas vraiment. Tu gobes un énième bonbon piqué en cachette dans le placard, pour éviter de mettre maman en colère, puis fixe Papa d’un air interdit.

- Bah quoi ? … »

T’as fait une bêtise, encore ?

****

« - Votre fille semble avoir un QI supérieure à la moyenne, monsieur Oliphant. Bien-sûr, à cet âge, c’est dur à définir. Il faudra surveiller sa progression de plus près.

Blance, balance, balance.

Tes petits pieds vont et viennent. Tes couettes fouettent tes épaules alors que ton regard passe du monsieur en blouse à Papa. Tu piges pas grand-chose à ce que pourrait être un cuit. On t’as trop cramé le cerveau, c’est ça ? Maman t’avait bien dit de pas regarder le téléviseur d’aussi près. A ton regard paniqué, papa te lance son plus beau sourire et te fait signe de te modérer.

- Tu entends ça, ma fille ? Tu es un petit génie, qu’il s’enflamme avec un grand sourire.

C’est encore plus inquiétant. Papa ne sourit pas beaucoup. Maman dit qu’il est austère. Le mot t’as échappé un moment, mais lorsque tu l’associes à l’image de Papa, tu comprends vite qu’austère veut sûrement dire un peu ronchon.
Mais son sourire te réchauffe le palpitant.

Papa est fier de toi.

****

Il est furieux contre toi. Tu frappes tout ce qui bouge et balance le premier objet qui te passe sous la main. Tu refuses d’obéir une fois, une toute petite, et on te colle presque au pilori ? C’est pas une image, grand-mère suzette en a vraiment foutu un dans le jardin. Tes boucles blondes s’éparpillent autour de tes épaules alors que tu te vautres dans ton siège. Seize ans… C’est le temps qu’il t’a fallut pour voir le fil rouge relié de ton poignet à la famille Oliphant. Une réaction épidermique te pousse à t’agiter comme une hystérique, et te voilà qui remue comme une dégénérée, balayant ce foutu fil invisible devant les prunelles éberluées de ton frère.

« - Cette fois c’est clair, t’as pété un boulon ! »

Pas qu’un seul.
La guerre est déclarée.

****

« Tu gâches ton potentiel. » . « Littérature, vraiment, Blue ? ». « Pourquoi pas pigiste, tant que tu y es ? Une gratte papiers, c’est ça que tu vas devenir ?! ». « Cette conversation est terminée, je ne mettrai pas un centime dans cette perte de temps ! ». « Ta bourse ne suffira pas, jeune fille. Il va falloir que tu te trouves un job. Choisis-en un bon, tu risques d’y rester un sacré moment. ». « Ecoute au moins ce que ton père a à te dire, chérie, il s’agit de ton avenir, à la faim ! ».

Ton corps imbibé de sueur s’emmêle dans les draps, tes pieds s’empêtrent, tes mains frappent. Bleuenn. Bam, bam, bam. Bleuenn ! Ca ne cesse jamais, les reproches t’assiègent. Ils te hantent comme milles tourments.

« - BLEUENN ! »

Tu sursautes, avale ta salive et pourlèche tes lippes. La goûte de sueur salée qui s’écrase sur tes papilles t’alerte et tes prunelles opales cherchent un point d’encrage. Tu es dans ta chambre universitaire. Seule ? Non. Une paire d’onyx troublées te jaugent avec angoisse et tu accroches une épaule solide du bout des doigts. Ta respiration saccadée devient une buée épaisse dans le sillon de sa clavicule. Ton esgourde perçoit le battement de son palpitant et tu cales ta respiration sur son rythme. Foutues cauchemars. Fichue famille. Des paroles douces sont prononcées près de ton oreille. Un souffle qui t’apaise…

****

Un souffle tremblant qui te murmure avec émotion que tout va bien se passer, maintenant. Tu es revenue. Tu étais partie ? Tes iris alarmées sont plantées sur un point fixe. Tout est trop blanc, trop immaculé. Un homme en blouse blanche te fixe comme si tu étais un miracle ou anomalie génétique. Les « bip.bip.bip.» d’un moniteur son pareils à un coup de marteau piqueur et ton corps entier te fait souffrir le martyr.

- Mademoiselle Oliphant, vous allez-bien ?

On file vraiment un diplôme à ces types-là ? Tu t’entends à peine marmonner une question vaseuse. Ta langue est tellement lourde… Et tu ne comprends qu’une chose au bout d’un long moment : Coma. Tu étais dans le coma. Combien de temps ? Trois mois. Pourquoi ? Comment ? Où ? Un vague souvenir te percute et t'arrache une énième grimace. Le braquage. La balle perdue. T'étais juste au mauvais endroit, au mauvais moment...

- C’est un miracle, un vrai miracle, souffle l’homme en blouse blanche. Pouvez-vous parler ? Épeler votre nom ?

On t’écarte les paupières et te fourre un faisceau de lumière aveuglant en pleine gueule. Et toi tu grimaces, fixe le badge du docteur et lui lance un regard mauvais. Un jour un type en blouse blanche vous dit que vous avez un QI au-dessus de la moyenne, bassine votre paternel avec votre prétendu potentiel. Et un beau jour, ce même type en blouse vous demande si vous êtes capable d’aligner 2+2 en lassant vos chaussures ?

La vie, cette grosse blague.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bluenn D. Oliphant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pour peindre un mumak
» Présentation de Bluenn Northington [Validée]
» Mon Oliphant
» Bluenn [Guerrière]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brighter than the Sun :: CASIER.-
Sauter vers: